Accueil > Mini-bios > LEROUX Gaston (1868-1927)

LEROUX Gaston (1868-1927)

vendredi 18 avril 2003


Plus qu’un auteur de romans policiers, Gaston Leroux est sans doute le dernier des géants du roman-feuilleton, digne héritier d’Alexandre Dumas. Ses deux premiers livres, les plus « strictement » policiers, connurent cependant une influence immense auprès de futurs rois et reines du crime, au premier rang desquels Agatha Christie. Mais le bonhomme, dans son œuvre comme dans la vie, n’était pas de ceux que l’on enferme facilement dans un cadre trop étroit.
Gaston Louis Alfred Leroux naît le 6 mai 1868 à Paris, quelques mois avant le mariage de son père Dominique et de sa mère Marie. Le jeune Gaston est d’emblée le premier de la classe, notamment au collège d’Eu (Seine-Maritime) où les démons de la littérature commencent déjà à le titiller. En 1886, il décroche son bac de lettres avec mention bien, puis s’inscrit en fac de droit à Paris. Il suit les cours en pointillé, en même temps qu’il aiguise sa plume, son premier texte de fiction (Le Petit marchand de pommes de terre frites) sortant dès 1887 dans le quotidien La République Française. Il obtient son diplôme en 1889 et entame immédiatement une carrière d’avocat. Courte (jusqu’en 1894). Car dès 1891, le journalisme le passionne et il débute une collaboration avec l’Echo de Paris, puis tient la chronique judiciaire de Paris. Sa couverture du procès de l’anarchiste Auguste Vaillant lui vaut de rentrer au Matin, le plus grand quotidien de l’époque. Là, Leroux ne tarde pas à bousculer ses collègues ronronnants, en alignant les « scoops » avec un bel enthousiasme. Il devient chef des informations du journal en 1894, puis grand reporter en 1901. Leroux bourlingue, toujours au cœur de l’action, damant le pion à ses confrères. Cette énergie ne l’empêche pas d’écrire de la fiction. Au contraire. Son imagination, de tous temps, se nourrit de ses nombreuses expériences sur le terrain. En 1903, il commence dans Le Matin la publication de La Double vie de Théophraste Longuet, premier des 15 romans-feuilletons qui sortiront dans le journal jusqu’en 1924.
De février 1905 à mars 1906, il voyage pendant un an en Russie. A son retour, il écrit sa première pièce (La Maison des juges), dont le représentation est un échec. Sur ces entrefaites, il se brouille avec le directeur du Matin. Il se tourne alors vers l’Illustration, à qui il propose trois sujets de romans au choix, dont les aventures d’un reporter. Le journal retient cette option. Ainsi paraît en septembre 1907 Le Mystère de la chambre close, premier épisode « des aventures extraordinaires du reporter Joseph Joséphin, dit Boitabille ». Un homonyme protestant, le nom du reporter devient bien vite Rouletabille.
Ce roman de « crime en chambre close », que Leroux voulait supérieur au modèle d’Edgar Allan Poe, est un succès. Un an plus tard, le célèbre détective journaliste remet en branle sa logique à toute épreuve dans Le Parfum de la dame en noir. Mais c’est au parfum du roman populaire que Leroux applique par la suite ses savants dosages. L’action prend le pas sur la froide raison dès l’épisode suivant de la série (Rouletabille chez le Tsar) qui devait compter 9 épisodes. Loin de s’enfermer dans un genre, Leroux goûte à l’horreur avec Le Fantôme de l’Opéra (1910), à l’espionnage avec La Colonne infernale (1916), au fantastique avec La Poupée sanglante (1923), même s’il revient souvent aux intrigues policières, notamment avec la série des Chéri-Bibi (entamée en 1913) ou Mister Flow (1927). Gaston Leroux est également l’auteur de sept pièces de théâtre, de six scénarios de films (dont certains tirés de son œuvre comme L’Homme qui revient de loin en 1916), participant à la production de films à épisodes au sein de la Société des Cinéromans installée à Nice. C’est à Nice, où il réside depuis 1909 qu’il s’éteint le 15 avril 1927 après une intervention chirurgicale liée à une crise d’urémie (augmentation du taux d’urée dans le sang).

Ses principaux ouvrages sont : Le Mystère de la chambre jaune, Le Parfum de la dame en noir, Le Roi Mystère, Le Fantôme de l’Opéra, Baloo, Chéri-Bibi.