Accueil > Mini-bios > MACDONALD Ross (1915-1983)

MACDONALD Ross (1915-1983)

samedi 10 août 2002


Longtemps considéré avec mépris comme un héritier moins talentueux de Raymond Chandler, Ross Macdonald est aujourd’hui salué comme l’un des maîtres du roman noir par James Crumley et Michael Connelly.
Il est né Kenneth Millar le 13 décembre 1915 à Los Gatos (Californie). Son père, marin et poète, et sa mère d’origine canadienne se séparent très vite. Sa mère décide alors de retourner dans sa famille au Canada, et le jeune Kenneth est alors trimbalé d’une maison à l’autre, chez des oncles, des cousins ou des proches. Une bonne cinquantaine de déménagements jusqu’à ses 16 ans. Sa mère meurt en 1932 et Kenneth entame alors des études de littérature et d’histoire à l’université de l’Ontario. Il les interrompt en 1938 pour partir un an en Europe. A son retour, il passe un diplôme de littérature à l’université du Michigan, commence à enseigner et épouse une camarade de classe, Margaret Sturm.
Dès 1941, celle-ci commence à publier des romans policiers sous son nom de mariage. Elle pousse son mari à l’imiter. Après la guerre, le couple s’installe à Santa Barbara (Californie), et Kenneth Millar publie à partir de 1944 quatre premiers romans. En 1949, devant le succès littéraire de sa femme, il décide de prendre pour pseudonyme John Macdonald, les deux prénoms de son père. Il sort alors Il est passé par ici, première aventure du détective privé Lew Archer. Ce nom n’est pas l’effet du hasard : Miles Archer est le partenaire du détective Sam Spade assassiné au début du Faucon Maltais de Dashiell Hammett. Pourtant, c’est d’abord le privé de Raymond Chandler, Philip Marlowe, qui inspire Macdonald. Chandler tempête d’ailleurs à l’époque contre cet écrivain qu’il juge pâle copiste.
Macdonald ne trouve il est vrai un style personnel qu’à partir de 1958 avec La malédiction des Hallman. Son privé s’humanise, joue moins les cadors désabusés, s’intéresse vraiment au destin des personnages qu’il rencontre dans ses enquêtes. Peut-être parce qu’à l’époque Macdonald est confronté à une crise personnelle traumatisante. En 1956, sa fille est poursuivie pour homicide involontaire (accident de voiture), déprime, puis est internée en hôpital psychiatrique. Deux ans plus tard, elle s’échappe avant d’être récupérée quelques mois plus tard. L’affaire fait grand bruit dans les journaux. Elle finit par succomber à une attaque cérébrale en 1970.
La carrière de son père, devenu depuis Ross MacDonald (un autre auteur à succès sévit sous le nom de John Mac Donald), atteint alors des sommets. Deux films (Détective Privé en 1966 et La Toile d’araignée en 1975) content les aventures de Lew Archer, incarné à l’écran par Paul Newman. Son roman L’Homme clandestin, en 1971, est salué par la critique.
Dès la fin des années 1970, Ross Macdonald est atteint par la maladie d’Alzheimer qui l’empêche d’écrire. Il meurt le 11 juillet 1983.

Ses principaux ouvrages sont : Il est passé par ici, La Grimace d’ivoire, Un mortel air de famille, L’homme clandestin, La belle endormie, Le Sang aux tempes.