Accueil > Mini-bios > TABACHNIK Maud

TABACHNIK Maud

lundi 25 novembre 2002


Elle est arrivée en littérature policière sur le tard. Mais depuis, Maud Tabachnick s’est bien rattrapée avec une production importante et un succès qui n’en finit plus de l’étonner. Longtemps, la jeune fille née le 12 novembre 1938 à Paris ne pense guère explorer les chemins noirs. Son enfance est pourtant fortement marquée par la guerre. Une partie de sa famille meurt en déportation, et l’antisémitisme qui rode encore après-guerre blesse férocement la gamine. Elle se lance dans des études supérieures et commerciales, mais trouve sa voie en médecine. Elle obtient son diplôme de kinésithérapeute en 1963. Vingt ans durant la voilà ostéopathe libérale. Et puis en 1983, première rupture, à cause d’une opération chirurgicale. Elle commence à écrire. Pour son plaisir d’abord. Puis, déménageant de la Touraine à Paris, elle se consacre définitivement à l’écriture. Le racisme, la violence, les fanatismes de tout poil sont d’emblée au centre de son œuvre, qui débute en 1990 avec La Vie à fleur de terre. Mais c’est quatre ans plus tard, avec Un été pourri, que Maud Tabachnick invente ses deux personnages fétiches : Sam Goodman, lieutenant de la brigade criminelle, et Sandra Khan, journaliste homosexuelle qui vient de perdre sa compagne assassinée. Le tandem officie à Boston. Car Maud Tabachnick situe l’essentiel de ses livres aux Etats-Unis. « Parce c’est un pays où tout peut arriver », assure-t-elle. Tout arrive effectivement, et jamais par hasard. Comme Elizabeth George (américaine qui elle écrit sur l’Angleterre), Maud Tabachnick est persuadée que le vers de la violence ronge la plupart des gens dès l’enfance, et creuse ensuite son sillon en famille. Tout un programme. Auquel le public adhère visiblement. Sur la bonne pente depuis le Festin de l’Araignée en 1996, le succès ne se dément pas pour Maud Tabachnick. Ce qui lui permet d’explorer d’autres voies comme le polar historique (L’Etoile du Temple en 1997), la nouvelle et le thriller.. Un auteur qui compte.

Ses principaux ouvrages sont : Un été pourri, Le Festin de l’Araignée, Gémeaux, Le tango des assassins, Cinquième jour.