Accueil > Chroniques > Des voleurs comme nous

Des voleurs comme nous

Edward Anderson (Points)

samedi 31 janvier 2015, par FERRE

On s’évade, on cavale, on braque, on s’aime, on meurt. 230 pages et point. Un uppercut, comme dirait l’autre. Un roman sans gras. De 1937, les gars. Des leçons à prendre. Laissez tomber les pavés ! A l’os, non mais ! La preuve : 1937, plus de 70 ans et quasiment pas une ride. Des voleurs comme nous, d’une certaine actualité même. Citation : « L’avocat parla. Il y a plus de milliardaires dans ce pays que dans n’importe quel autre, dit-il, et en même temps, plus de voleurs et d’assassins. Cela signifiait certainement quelque chose. L’extrême dans la richesse crée l’extrême dans le crime. Aussi longtemps que le système social permettrait l’acquisition d’énormes fortunes, le crime existerait comme tentative d’égalité, et le gouvernement et toutes les lois répressives n’y feraient rien ». Ben tiens. Ils sont trois qui font comme de rétablir l’équilibre : T-Doub, Chicamaw et Bowie, voleurs sans grands galons, qui la belle faîte ne songent qu’à repiquer au truc. Sinon quoi ? La Grande Dépression, des millions de pauvres hères sur les routes, et des banques qui ont siphonné leur pognon dans la crise, alors pardon messieurs mais on en reprend un peu. Le trio écume les patelins perdus, gonfle un brin son magot. Pour quoi faire ? L’Indien Chicamaw picole, T-Doub glousse avec une petite moitié son âge, Bowie se demande c’est quoi la suite. Pour lui, la suite s’appelle Keechie, rencontrée pendant sa cavale : « La voix de la fille, Keechie, chatouillait Bowie le long de la colonne vertébrale ». Pas besoin de plus. Sauf qu’il faut quand même plus de billets pour pouvoir penser à se retirer tranquille. Pente fatale. Bowie, toujours tiraillé. Le trio, c’est sa famille en somme, ou au moins la solidarité qui n’existe pas ailleurs. Ils se serrent les coudes, au moins. Et puis bandits, c’est pas non plus rien, quand même. D’ailleurs, les journaux, ils l’écrivent. N’importe quoi souvent, mais c’est pas si mal pour la légende. Une reconnaissance sociale. Une visibilité. Pas que noyés dans la masse qui rampe. Bowie s’en fout de ça, mais les autres moins : à l’origine de la chute. De toute façon, à quoi s’attendre d’autre. Ça fait longtemps que c’est écrit que tout ça finira mal.