Accueil > Chroniques > Les Impliqués

Les Impliqués

Zygmunt Miloszewski (Mirobole éditions)

mardi 19 novembre 2013

Un monastère à Varsovie. Cadre d’une thérapie collective à laquelle participent cinq personnes. Après une séance émotionnellement traumatisante, patients et thérapeute partent se coucher. Le lendemain matin, on déplore une victime, une broche à rôtir plantée dans l’œil droit. Meurtre en chambre close quasiment, classique de la littérature policière. Zygmunt Moloszewski ne se contente heureusement pas d’explorer ces pistes balisées et très vite musarde sur des chemins de traverse. La Varsovie des années 2000, moderne mais en panne de digestion de ses années communistes, le système judiciaire et policier local, tout en affaires courantes épuisantes et en mal de moyens, les sombres coulisses des années rouges avec ses fantômes terrorisants encore dans les placards. Sous l’affaire du monastère, bien d’autres « implications » donc. Pour en démêler les fils, le trentenaire procureur Teodore Szacki avance dans le brouillard mais avec une juste intuition. Le personnage est une des bonnes surprises du roman, amateur de jeux vidéo, dandy frustré à la rigueur morale chamboulée, qui « s’oblige » à tolérer quelques petits arrangements pour faire avancer son enquête et sa routine familiale. Ce qui donne quelques cocasses situations (irrépressible soulagement dans les toilettes, rouge au front de l’adulescent amouraché). Le personnage est encore un peu vert, mais il est au moins attachant. S’il gagne en profondeur, il n’est pas impossible que l’on tienne là un enquêteur intéressant (ses prochaines aventures sont annoncées pour 2015). Quelques seconds rôles pittoresques (le commissaire Oleg Kuzniecov, la procureur de la République Janina Chorko) et un style relativement alerte emballent l’affaire, plaçant Les Impliqués sur la partie supérieure de la pile de productions actuelles. Une bonne surprise donc et une bonne pioche pour les toutes récentes et bordelaises éditions Mirobole, dont le projet (une collection policière et une collection fantastique fortes d’une identité visuelle remarquable) d’emblée l’affiche bien.