Accueil > Chroniques > Le gang de la clef à molette

Le gang de la clef à molette

Edward Abbey (illustré par Crumb) (Gallmeister)

jeudi 18 juillet 2013


Une bande de fadorles. Quatre personnages hénaurmes, associations de bienfaiteurs dans leur genre. Leur genre : faire tout péter, saboter tous azimuts les monstres mécaniques ou bitumineux qui envahissent leur désert, leurs canyons, petits ou grands, effacer de leur pays les traces de cette maudite civilisation qui dévore inéluctablement dame nature. Le Doc Sarvis, chirurgien poète et philosophe, théorise l’affaire. Seldom Seen Smith, le mormon randonneur et polygame, modère ou gonfle les enthousiasmes. George W. Hayduke, vétéran du Vietnam très porté sur la bière et la dynamite, exécute et en rajoute dans l’escalade explosive. L’accorte Bonnie Abbzug pouponne le Doc, tête le joint et allume accessoirement les mèches, toutes les mèches. Edward Abbey tient déjà là une fine équipe. Mais avec une redoutable énergie, il embarque ses pieds nickelés de la dégradation dans une folle équipée jubilatoire. Alternent les conciliabules au coin du feu de camp, d’une drôlerie irrésistible, les expéditions punitives foutraques, les courses-poursuites déjantées, le tout accompagné d’une ode aux paysages invraisemblables du Grand Ouest, formidable performance littéraire à mille lieues des clichés convenus et fatigants. « Nature writing » plein tube, mais avec panache et truculence. Manifeste écologique aussi, barouf subversif lors de sa publication en 1975, mais bien plus grâce au style d’Abbey qui brasse allègrement lyrisme échevelé, inventivité sidérante et humour de derrière les fagots (il faut à ce titre saluer la formidable traduction de Jacques Mailhos). Le roman du coup n’a pas pris une ride, et ses 544 pages se dévorent sans bailler, réconfort plus qu’opportun à l’heure des pavés baudruches indigestes. Bravo aussi à Gallmeister pour cette édition illustrée par ce mal élevé de Crumb à partir de la réédition anniversaire de 1985, quatre ans avant la mort d’Abbey. Un bonheur ne venant jamais seul, la suite – Le retour du gang – est également réédité. Et comme l’écrit le king Edward en avertissement : « Quiconque prendra ce livre au sérieux sera immédiatement abattu. Quiconque ne le prendra pas au sérieux sera enterré vivant par un bulldozer Mitsubishi. »