Accueil > Chroniques > Les coeurs déchiquetés

Les coeurs déchiquetés

Hervé Le Corre (Rivages/Thriller)

jeudi 7 octobre 2010


Bien sûr qu’il faut lire Hervé Le Corre, Les Cœurs déchiquetés comme L’Homme aux lèvres de saphir, ses deux derniers romans multi-récompensés. Il faut le lire pour son style, plutôt rare aujourd’hui. Le bonhomme dit se garder des mots « vides ». Il le fait à coup de phrases pleines. Longues, très longues, sinueuses. A l’inverse de la sécheresse actuelle. Ce n’est pas simple d’oser ainsi, c’est difficile de tenir le rythme sur 400 pages. On applaudit le travail, la précision des choix, même si parfois Le Corre se laisse déborder, porter par le flot, prend le risque de lasser. L’écriture sert le plus souvent magnifiquement la noirceur du propos, dénude tragiquement ces cœurs blessés, déchirés, chavirés, fouille ce terrible sentiment de perte qui étreint les deux héros. Etrangement, le plus troublant parfois se passe pourtant entre les lignes, dans les non-dits, les non-décrits. Par exemple au sein de la famille d’accueil où atterrit le jeune Victor après le meurtre de sa mère. Quelque chose se tisse là sans que Le Corre ne s’appesantisse, presque sans que l’on s’y attende, une éclaircie inespérée, une possibilité d’avenir. C’est beau, touchant. Ce Victor était le personnage autour duquel souhaitait tourner Le Corre, avant d’élargir son champ avec Vilar, le flic, obsédé par la disparition de son fils. On peut croire un instant qu’entre Victor et Vilar, Le Corre va nouer quelque chose. Mais non. Il s’en garde bien. Les deux sont les jouets des autres personnages secondaires, mais il faut le temps pour que la pelote s’entortille. Et peut-être est-ce là la plus grosse faiblesse du roman. Le Corre confesse dans certains entretiens avoir du mal avec la construction de son histoire. On le sent ici. Plus d’une fois. L’intrigue avance en force. On suit emporté par la houle des mots, mais on ne peut s’empêcher de tiquer, notamment sur un final plutôt expédié. Dommage. Mais foin de ce bémol. Bien sûr qu’il faut lire Le Corre. Dans le Noir actuel, un auteur précieux.