Accueil > Dossiers > Les illustrateurs de la collection du "Masque"

Les illustrateurs de la collection du "Masque"

mardi 10 février 2004

Suite à la page consacrée aux jaquettes originales de la collection du Masque que vous pouvez regarder dans le thème des couvertures, nous vous proposons de découvrir leurs illustrateurs. Nous ne parlerons que des ouvrages originaux illustrés parus de 1927 avec" Le meurtre de Roger Ackroyd" d’A. Christie au n°327 "La piste dans le port" de G.Vring en 1942.

Durant cette période, la collection a eu trois présentations. Les cinq premiers ouvrages sont publiés avec une couverture verte, une jaquette et le symbole de la collection, créé par Maximilien Vox (1894-1974), un masque transpercé par une plume. Le titre et le nom de l’auteur étaient inscrits au milieu de la page, le logo en dessous et plein centre.

La maison hantée de P. Wentworth-1927-E.O. n°3

Les cinq ouvrages sont les suivants :

n°1 : "Le meurtre de Roger Ackroyd" d’A. Christie, 1927
n°2 : "Le trois de trèfle" de V. Williams, 1927
n°3 : "La maison hantée" de P. Wentworth, 1927
n°4 : "Les mille mains" de B. Norman, 1927
n°5 : "L’homme au pied bot" de V. Williams, 1927

Ces cinq titres sont repris pour le nouveau visuel de la collection. Le livre est cartonné jaune et est recouvert d’une jaquette illustrée. Six illustrateurs ont participé à leur création.

Charles Léandre crée la jaquette du n°1 ("Le meurtre de Roger Ackroyd" d’A. Christie). Ce sera l’unique.

M. Vauxelle illustre seulement le n°2 de la collection qui est "Le trois de trèfle" de V. Williams en 1927.

A. Masson aurait créé 71 couvertures, du n°3 au n°64 puis les numéros 67, 68, 70, 72, 75, 78, 90, 99 et 105. Il est né à Paris au XIX° siècle. Il collabore à cette collection de 1927 à 1930. Il travaille aussi à d’autres collections de la Librairie des Champs Elysées ainsi qu’à l’illustration des couvertures de la "Bibliothèque reliée Plon". Il collabore au magazine "Le Masque" en 1929. Voici trois de ces jaquettes qui correspondent, de gauche à droite, au numéro 11, 12 et 13.

 J. Stetten a illustré les jaquettes des livres n°65,66,69,73 et 74. Ce nom d’emprunt a été utilisé par l’illustrateur le plus prolifique : Jean Bernard.

Jean Bernard a créé prés de 210 couvertures pour cette collection dont les numéros 106 à 288, des jaquettes pour le Prix du roman d’Aventure et les 21 premières jaquettes de la série Emeraude. Il est né le 21 Mars 1913 à Paris, son véritable nom est Jean Maurice José Stetten. En 1930, il est élève au lycée Carnot à Paris. Ami de la famille, A. Pigasse, qui vient de créer la collection, remarque ses talents de dessinateur et lui demande de réaliser des couvertures.

Jean Bernard en 1993, sa première jaquette pour Le doigt volé de Steeman en 1930.

Enthousiaste, le jeune homme accepte et signe sa première jaquette sous le nom de J. Stetten pour le roman "Le doigt volé" de S.T.Steeman.Il dira pour cette première création : "[...]. Je m’en souviens très bien car, m’étant fracturé l’avant-bras peu de temps auparavant, je pris comme modèle pour la réaliser, la radiographie de ma propre main. Un lecteur écrivit pour dire qu’il ne s’agissait pas là de la main d’un homme. Évidemment, à dix-sept ans les os ne sont pas encore soudés, et j’avais dessiné exactement ce que je voyais[...]". Il a réalisé une jaquette passe-partout dite "Poste de police". Elle est utilisée à partir de 1937 pour remplacer des jaquettes non renouvelées.

Ces études terminées, il est engagé par M. Pigasse comme directeur artistique jusqu’en 1939 où il part pour la guerre. De son lieu de cantonnement, il continue à envoyer des illustrations. En 1941, il quitte définitivement la collection et part pour Lyon où il montera une agence de publicité. Il écrit : "Je ne suis pas revenu au "Masque" où Albert Pigasse souhaitait me conserver, car je voulais montrer que j’étais capable de faire quelque chose tout seul [...]".

Simone Jean Bernard remplace son mari parti à la guerre en 1939. Elle est née à Paris 8°, le 3 janvier 1918. Elle n’a jamais collaboré avec lui. Il lui envoie des esquisses avec un descriptif de couleur. Elle dessine les jaquettes du n°289 " Le mal pour le bien " de G.W.Bain au n°325 " Le notaire a perdu la tête" de L.R.Lefèbvre. Les couvertures sont toutes signées de son nom. Elle signe une cinquantaine de jaquettes et elle illustre aussi la collection Émeraude à partir du numéro 22.

Dix petits nègres" d’A. Christie, n°299

Traqué par la police" d’H. Holt, n°300