Accueil > Chroniques > Chasseurs de têtes

Chasseurs de têtes

Jo Nesbo (Série Noire)

vendredi 11 septembre 2009


Exit Harry Hole. Jo Nesbo abandonne provisoirement son flic fétiche pour s’attacher à un insupportable chasseur de têtes, le meilleur sur la place, qui impose qui il veut comme il veut au sein des entreprises qui le consultent. Qui il veut donc n’importe qui ? Pas tout à fait. Car le bougre profite de sa fonction pour satisfaire d’autres besoins que son jubilatoire pouvoir sur les conseils d’administration. Disons de plus pécunières nécessités, indispensables pour satisfaire sa bombe de femme, cadeau du ciel pour un physique ingrat comme le sien (il est petit, méfiance). Bien sûr, le chasseur sachant chasser tombe sur un os : une proie avec de vraies grandes dents salement affutées. Tel est pris qui… Voilà. Nesbo s’amuse, se repose des sombres descentes habituelles d’Harry Hole. Le malin peut se le permettre. Ironie mordante, sens du dialogue aiguisé, maîtrise du tempo sur les scènes d’action, sans trop forcer son talent, il propose un récit enlevé qui régale la plupart du temps. Les meilleures séquences de son affaire (l’entame notamment) ne sont même pas loin d’un Westlake en pleine forme (sujet oblige, on pense évidemment au Couperet). On aurait juste souhaité qu’il pousse la fable un peu plus loin pour justifier complètement la comparaison. En l’état, son chasseur vise juste, mais pas vraiment assez loin.