Accueil > Chroniques > 186 marches vers les nuages

186 marches vers les nuages

Joseph Bialot (Métailié Noir)

lundi 11 mai 2009


Berlin, 1946. Bert Waldeck est un mort-vivant. Un ancien flic allemand, prisonnier politique dès 1934, rescapé des camps. Dachau, Mathausen, Neuengamme. Rescapé aussi du front. En Pologne et Ukraine. Rescapé enfin de l’invraissemblable naufrage de bateaux cages nazis, transportant en mai 1945 des déportés, pris pour cibles et coulés par la Royal Air Force, pensant alors dézinguer des transports de troupes allemands. Beaucoup pour un seul homme. Un presque mort du coup, de retour dans un pays de fantômes, une capitale en ruines, sa ville natale des lustres plus tôt. Bert Waldeck se retrouve avec un uniforme GI sur le dos, employé des Ricains, chargé d’aider à débusquer un ancien chef de camp SS, ancien ami d’enfance. Bert s’exécute, une fois de plus, sans trop savoir dans quel champ de mine il met les pieds, sans trop comprendre ce qu’il cherche lui aussi en fouillant ses souvenirs et le quartier où il vivait au temps jadis, si lointain. Le temps d’avant le bruit et la fureur, l’inconcevable enfer. Joseph Bialot, ancien déporté lui-même (à Auschwitz) nous pousse dans les pas chancellant de ce Waldeck marqué à jamais par l’innommable, en butte aux barreaux que sa mémoire ne peut définitivement pas écarter. La rage, la colère, l’impuissance, l’humiliation qui rongent pour toujours et à jamais, l’humanité vacillante qui en dépit de tout parvient à se gagner une place, même des plus minuscules, l’ignoble raffinement de l’homme dans l’horreur et la négation de lui-même, Joseph Bialot, parvient à exprimer cet indicible, avec une écriture sans emphase, remarquable. Un choix curieux cependant : Waldeck se raconte par une confession orale (Waldeck répond à l’officier US qui le supervise), ce qui colle assez mal avec la forme justement très écrite de son récit. Mais ne pinaillons pas. Ne pinaillons pas non plus sur l’intrigue d’espionnage, assez sommaire et plutôt expédiée sur la fin. Tel quel, 186 marches vers les nuages est un roman beau et fort. Donc rare.