Accueil > Chroniques > Das System

Das System

Karl Olsberg (Editions Jacqueline Chambon)

samedi 18 avril 2009


Il fut un temps où Das System aurait pu faire l’objet d’une publication dans la vénérable Bibliothèque Verte. Et encore : pareille remarque est un tantinet insultant pour la littérature jeunesse, qui aujourd’hui abonde de propositions bien plus séduisantes que ce thriller. Pourtant, si l’on en croit l’éditeur, Das System a rencontré « un immense succès en Allemagne ». N’empêche. Il n’est pas obligatoirement pertinent d’adapter l’oeuvrette de certains prophètes en leur pays. Mais que nous conte donc Karl Olsberg, spécialiste en intelligence artificielle et créateur d’entreprises informatiques, CV en béton en matière d’écriture de programme, sans doute moins de roman ? L’histoire d’un moteur de recherche très compétent qui prend quelques libertés imprévues. Le bougre de logiciel manifeste une volonté d’autonomie plutôt féroce. La créature maltraite donc ses créateurs et finit, oh la la, par menacer le monde entier. Mais d’où vient tant d’imagination ? On pourrait à la limite lire la chose d’un œil distrait, n’étaient les invraisemblances absolues du récit, genre Le Fugitif tentant d’échapper à toutes les polices du pays mais rentrant chez lui la fleur au fusil ou visitant son bureau sans être le moins du monde inquiété. La cavale du héros, le créateur de l’entreprise floué et soupçonné, est donc hautement risible. Et puis surtout, au vingt-cinquième degré, l’inénarrable écriture d’Olsberg. Extraits : « Tôt ou tard, il tomberait entre les mains de la police. Sa seule chance était de trouver des renseignements sur le meurtrier de Ludger. Comment allait-il y arriver ? A vrai dire, il ne savait pas ». Ou encore : « Entendu , chef. Mais pour l’instant nous devons attraper Helius ». Il se retourna vers le commandant de gendarmerie avec un geste théâtral. « En avant ! ». Plus loin : « Nous ne sommes peut-être pas des génies, mais nous sommes des êtres humains. A l’inverse des ordinateurs, nous sommes créatifs et nous avons le talent d’improviser. Nous trouverons bien quelque chose. Nous n’allons pas nous faire avoir par une foutue machine ! ». Ah ben non alors ! Allez, sauvons de cette franche rigolade le retournement final, curieusement bien moins nunuche que tout le reste.