Accueil > Mini-bios > SPILLANE Mickey (1918-2006)

SPILLANE Mickey (1918-2006)

jeudi 20 février 2003


"Dans Charmante Soirée, il y a la scène finale au cours de laquelle Mike Hammer arrose et abat 80 types avec un pistolet mitrailleur. Mes éditeurs, qui trouvaient cela trop saignant, m’ont fait ramener le chiffre à 40". Mickey Spillane dans le texte. Tout, sauf de la dentelle. Mickey à fond, cogne, trucide, désosse. Et s’en délecte.
Le bonhomme est né Franck Morisson Spillane, le 9 mars 1918 à Brooklyn, New York City. Il passe son enfance dans les quartiers populaires d’Elisabeth, petite cité du New Jersey, pense un temps à étudier le droit, mais en termine avec les bancs de la faculté dès 1935. Il commence alors à écrire des scénarios de bandes dessinées (comics). Mais la deuxième guerre mondiale l’oblige à poser la plume. Il est mobilisé dans l’aviation, instruit de jeunes pilotes. De retour à la vie civile, il reprend son ancienne activité, avant de partir en tournée comme artiste de cirque (trampolino). Il collabore un moment avec le FBI sur une enquête, ce qui visiblement l’inspire.
Il se lance dans le roman policier, et sort en 1947 J’aurai ta peau, qui met en scène Mike Hammer. Pourquoi Hammer ? "Parce que je crois que tout homme, au fond, désirerait être un marteau pour frapper la tête de son prochain", répond Spillane. Le ton est donné. Hammer est un privé violent, ultramacho, qui rend sa propre justice sans l’ombre d’un sentiment. L’affreux se régale même à jouer les anges de la vengeance, en vomissant les métèques, les pédés, les cocos, les intellos.
Le succès est colossal. Jusqu’en 1952, Spillane enchaîne avec 6 autres romans de la même eau sale. Puis s’arrête pour devenir témoin de Jehovah et prêcher la parole de la secte. Il revient aux affaires en 1961 avec Baroud Solo, et quatre nouvelles descentes de Hammer jusqu’en 1970. Enfin, il ressuscite son héros à nouveau en 1989 et 1996. Il est également le créateur de Tigerman, un barbouze qui sévit de 1964 à 1966, et l’auteur d’une dizaine de romans en dehors de ses deux séries. Le Dogue (1972) et In the Baba (1973) dévoilent notamment sur leurs couvertures la plastique de sa deuxième femme. Incorrigible Spillane. Au cinéma, Spillane connut de nombreuses adaptations, dont la plus célèbre est le Kiss me deadly de Robert Aldrich.
Longtemps méprisé par la critique américaine, qui soulignait son fascisme et ses idées primaires, Spillane, qui d’ailleurs en rajoute toujours dans ses rares interviews, reste un des classiques du "noir", et une influence majeure pour de nombreux auteurs, notamment James Ellroy. Le bonhomme est mort le 17 juillet 2006, chez lui, en Caroline du Sud.

Ses principaux ouvrages sont : J’aurai ta peau, Fallait pas commencer, Charmante Soirée, Nettoyage par le vide, En quatrième vitesse.