Accueil > Chroniques > Camisole de force

Camisole de force

Aino Trosell (Balland)

vendredi 17 octobre 2008


Mais qu’est-ce que c’est que cette affaire ? Un gamin en blouson rouge prend une balle perdue à l’occasion d’une sortie scolaire en forêt. La faute à une partie de chasse à l’élan impromptue entre notables. Un accident ? Que non pas bien sûr. Une puce gratte l’oreille de Siv Dahlin, témoin indirecte du drame. Ah Siv Dahlin ! L’héroïne assistante sociale d’Aino Trosell qui se mèle encore de ce qui ne la regarde pas dans cette troisième aventure de l’écrivain suédoise. Pas banal, ce personnage. Pour tout dire quasiment le seul intérêt de Camisole de force. Car l’intrigue ne turlupine pas plus le lecteur qu’Aino Trosell, bien plus concentrée sur le métier de sa Siv qu’elle nous narre par le menu. On passe donc l’essentiel de sa lecture à suivre Siv dans ses visites aux petits vieux, aux malades, aux laissés pour compte. On écoute ses réflexions sur ses relations de tournée, ses liens tissés avec les uns et les autres, ces éclopés pathétiques, drôles, touchants, ses collègues de travail aussi. Parfois on perd le fil, car l’écriture est assez débridée, va comme je te pousse. Mais qu’est-ce que c’est que cette affaire ? Une curiosité.