Accueil > Mini-bios > HIGHSMITH Patricia (1921-1995)

HIGHSMITH Patricia (1921-1995)

vendredi 9 novembre 2001


Toutes les mamies qui trempent leurs plumes dans le sang sont forcément baptisées "reines du crime". Sévère bousculade donc sur le trône. Il en est une pourtant qui mérite vraiment les joyaux et la couronne : Patricia Highsmith, souveraine au rayon suspense et perversité. Une femme d’angoisse et de mystères.
Elle est née à Fort Worth, au Texas, le 19 janvier 1921. Ses parents, qui travaillent dans la publicité, se sont séparés avant sa naissance, et Patricia ne rencontrera son père qu’à l’âge de 12 ans. Sa mère n’étant pas particulièrement aimante, Patricia est en fait élevée par sa grand-mère, à New York. Elle manifeste très tôt de réels talents pour la peinture et la sculpture. Mais plus que tout, la jeune fille veut écrire. Elle en termine avec ses études en 1942 pour gagner sa vie, d’abord dans une agence de publicité, puis comme scénariste de bandes dessinées. En 1944, elle place sa première nouvelle, L’Héroïne, dans la prestigieuse revue Harper’s Bazaar. Puis elle s’attaque avec acharnement à son premier roman. L’Inconnu du Nord-Express paraît en 1950, immédiatement salué par la critique. Alfred Hitchcock en acquiert les droits pour le cinéma (le bougre a caché son nom dans la transaction pour ne payer que 7 500 dollars !). Le succès du film assure la notoriété à la demoiselle de 29 ans.
C’est lors d’un voyage en Europe en 1951 que naît son futur grand personnage et double de fiction : Tom Ripley, dandy bisexuel, amateur d’art et faussaire, criminel cynique mais attirant. Mr Ripley sort en 1955, et ses aventures devaient séduire des cinéastes comme René Clément (Plein Soleil en 1956 avec Alain Delon) ou Wim Wenders (L’Ami américain en 1977 d’après Ripley s’amuse).
A partir de 1963, Patricia Highsmith parcourt l’Europe, se pose un temps en Cornouailles, puis en France dans les années 1970, avant de s’établir définitivement à Tegna, en Suisse. Elle poursuit son oeuvre, vivant toujours seule car elle ne supporte pas la moindre présence humaine quand elle écrit (elle se passionne en revanche pour les animaux), fouillant toujours plus profond les tourments de l’âme de ses êtres de fiction apparemment ordinaires, mais plus sûrement effroyables. Cette exploration l’intéresse bien plus que les intrigues criminelles. "Je n’ai aucun goût pour les romans de détection", rappelait celle qui jamais ne lut Conan Doyle ou Agatha Christie. Le cinéma s’est en tout cas régalé de ses romans d’angoisse et de ses puzzles psychologiques, Claude Chabrol adaptant Le Cri du Hibou, Michel Deville Eaux profondes. Patricia Highsmith s’est éteinte le 4 février 1995, à 74 ans.

Ses principaux ouvrages sont : L’inconnu du Nord-Express, Mr Ripley, Ripley s’amuse, Sur les pas de Ripley, Ripley entre deux eaux, Le Cri du hibou, Les gens qui frappent à la porte.