Accueil > Chroniques > Le Tour maudit

Le Tour maudit

Louise Welsh (Métailié Noir)

mardi 15 janvier 2008


Troisième roman de son auteur écossaise (deuxième traduit dans l’Hexagone), Le Tour maudit est une curiosité qu’on ne sait pas par quel bout attraper au final. Très habile dans le choix de son personnage principal - un prestidigitateur plutôt looser mais talentueux qui nous explique que l’art de la magie n’est pas si éloigné de l’art de l’arnaque -, réjouissant dans sa description du monde de la nuit et des cabarets interlopes, dérangeant dans son évocation de personnages féminins assez méchamment victimisés (n’oublions pas que l’auteur est une femme même si la narrateur est un homme), adroit dans sa construction entre flash-back et présent pour faire monter le suspense, amusant dans son ultime scène façon lapin qui sort du chapeau, et pourtant. Pourtant, on accroche que moyennement à toute cette histoire, qui se laisse lire mais sans grande passion. Welsh, auteur saluée au point qu’on se demande si la dame, un jour, ne sera pas lauréate du Booker Prize (ce serait une première pour un auteur de roman policier), maîtrise certes son affaire, mais sans parvenir vraiment à faire décoller le récit. Tout est factice, illusion et manipulation, et le lecteur consentant peut se laisser balotter, mais sans réelle émotion ou vertige. Un bon Tour peut-être, mais qu’on applaudit mollement. Etrange.