Accueil > Chroniques > Comment va la douleur ?

Comment va la douleur ?

Pascal Garnier (Zulma)

vendredi 16 mars 2007


Toujours pareil avec Pascal Garnier. On est là assez inconfortablement en équilibre entre optimisme béat et noirceur insupportable, à s’extasier de petits riens, à se désoler d’autres. Accroché aux basques de Bernard, doux crétin, et de Monsieur Maréchal, tueur à gages en fin de carrière, on les suit sans trop savoir pourquoi mais quand même. On ne veut pas les abandonner sur le bord de la route, même si souvent l’envie nous en prend. Toujours pareil avec Garnier. Il parvient à nous retenir par la manche, avec son style inimmitable tour à tour cynique et tendre. Chez Garnier que voulez-vous c’est la vie qui veut ça, qui touche au cœur et puis vrille l’âme. Bribes assassines et éclairs de génie. Saloperie d’existence. Mais on prend. On écoute jusqu’à la fin la petite musique du bonhomme. Comment va la douleur ? n’est peut-être pas la plus belle réussite de l’auteur. La faute aux personnages sans doute, moins profonds, moins surprenants que le tandem superbe des Hauts du bas par exemple. Mais qu’importe. Même un Garnier mineur reste un plaisir rare.