Accueil > Mini-bios > CRUMLEY James

CRUMLEY James

lundi 25 juin 2001

Le bonhomme n’était guère prolixe. On ne compte que neuf romans du grand James. Tant pis, ou peut-être tant mieux. Car James Crumley ne prenait pas l’écriture à la légère, lui qui remit 18 fois sur le métier le premier chapitre de son Chien Ivre, premier de ses romans traduits en France (Le Dernier Baiser chez Fayard) en 1980, et passé inaperçu à l’époque. Il faut attendre la fin des années 1980 et la réédition-retraduction chez 10/18 pour que le bonhomme connaisse le succès en Europe. Il s’impose il est vrai comme un des écrivains américains les plus talentueux de sa génération.
Né le 12 octobre 1939 à Three Rivers (Texas), il vient d’une famille modeste : son père travaille sur les derricks et sa mère est serveuse. Dès 12 ans, il bosse au ramassage du coton. Il quitte le foyer en 1957, pour s’engager trois ans dans l’armée. A son retour, après des études dans les universités agricoles du Texas et de l’Iowa, il devient conférencier et enseigne la littérature dans de nombreux établissements. Il met trois ans à écrire son premier roman : Un pour marquer la cadence (1969). Puis en 1975 sort Fausse piste, première apparition d’un de ses fabuleux personnages, Milter Chester Milodragovitch, privé qui carbure à l’alcool et aux drogues diverses. Son autre enquêteur déglingué, Chauncey Wayne Sughrue débarque lui dans son quatrième roman déjà cité, Le dernier baiser. Rêve de lecteur : que ces deux personnages fracassés se rencontrent. C’est chose faite en 1996 avec Les serpents de la frontière. Crumley s’installe alors en bas de la Rattlesnake Valley, à Missoula dans le Montana, où habitent également de nombreux écrivains, dont notamment James Lee Burke. Grand jouisseur et gros buveur, il enchaîne les ennuis de santé au début des années 2000, et fait de justesse la nique à la grande faucheuse. En 2005, il revient en force avec Folie douce, laissant espérer des lendemains qui chantent. Malheureusement, son grand corps maltraité ne suit plus. Malade des reins et des poumons, il décède en septembre 2008 à l’hôpital Saint-Patrick de Missoula.

Ses principaux ouvrages sont : Fausse piste, Le Dernier baiser, La Danse de l’ours, Le Canard siffleur mexicain, Les serpents de la frontière.