Accueil > Chroniques > Le Labyrinthe des légumes

Le Labyrinthe des légumes

Dominique Delpiroux (Ecailler du Sud)

jeudi 25 mai 2006


Voilà bien le genre de roman qui peut dériver sur l’océan de la production actuelle sans qu’aucun lecteur au long cours ne jette un regard sur le frêle rafiot. Un deuxième polar seulement pour l’auteur (après Félix Rex), un éditeur assez discret, en somme toutes les chances de passer à l’as. Et ce serait bien dommage, car ce Labyrinthe réserve de jolies surprises au détour des couloirs du centre pour handicapés mentaux où l’action se déroule. On suit tour à tour une jeune fille un brin simplette qui trouve enfin du boulot au centre, et les monologues intérieurs d’un des pensionnaires, qui progressivement retrouve la raison, le pourquoi de son enfermement, et un machiavélique désir de vengeance. Tout sonne juste içi, des tourments enfouis de la gentille jeunette au retour à la vie du héros décalé, en passant par les portraits des personnages secondaires. Delpiroux jette un regard sans concession mais plutôt tendre sur sa petite famille d’éclopés, emballe son affaire sans esbrouffe, et mène son intrigue finalement assez classique en dosant tranquillement ses effets. En résumé, un roman très honnète, bien ficelé, et qui trouve sa place au dessus du panier du polar made in chez nous. Entrez dans le Labyrinthe, l’attraction vaut le coup.