Accueil > Dossiers > Le Prix du polar SNCF

Le Prix du polar SNCF

mardi 4 novembre 2014

A partir de l’an 2000, la SNCF décide d’accrocher son wagon au grand train du polar. Elle remet donc tous les ans deux prix : le Prix du polar SNCF proprement dit, et le Prix du premier polar. D’une part donc un auteur confirmé, de l’autre l’auteur d’un premier texte prometteur. Les nominés sont choisis par un comité de lecture regroupant 400 personnes : des cheminots, des représentants des ministères de la culture, de la jeunesse et des sports, de la pêche et de l’agriculture (?), en 2002 des élèves de terminale des lycées agricoles, et enfin des gens comme vous et moi. Le jury qui choisit les deux vainqueurs est composé du président de la SNCF et d’un parrain différent tous les ans (le cinéaste Jean-Pierre Mocky en 2002 par exemple). Un jury pour le moins resserré donc. Les lauréats reçoivent une carte de libre circulation sur le réseau SNCF en 1er classe valable en France pendant un an. Heureux hommes (ou femmes). En 2004 est décerné le dernier prix du premier polar, remplacé par un nouveau prix européen. La règle des nominations évolue au fil du temps. A partir de l’édition 2012, le prix s’ouvre à d’autres formes d’expression en récompensant une bande dessinée et un court métrage, et ne distingue plus qu’un seul roman. Trois fois par an, la commission du Prix soumet aux votes des lecteurs (via le site internet du Prix) cinq ou six romans. Chaque saison détermine donc un vainqueur, trois romans se retrouvant en finale. Les lecteurs/internautes votent à nouveau pour désigner le lauréat du Prix SNCF dévoilé au mois de mai.

PALMARES

2001

Bernard Mathieu pour Otelo (Série Noire)
François Muratet pour Le Pied rouge (Serpent à plumes)

2002

Philippe Carrese pour Le Bal des Cagoles (Fleuve Noir)
Gianni Pirozzi pour Romicide (Editions Coop Breizh)

2003

Colin Thibert pour Royal cambouis (Série Noire)
Christian Roux pour Braquages (Serpent à plumes)

2004

Alexandra Schwartzbrod pour Balagan (Stock)
Alain Le Grand pour E-zone (Nicolas Philippe)

2005

Claude Amoz pour Etoiles cannibales (Rivages)
Pascale Ferroul pour Plus petit que moi tu meurs (HB)
Andy Oakes pour Le Coeur du dragon (Calmann-Levy)

2006

Caryl Férey pour Utu (Série Noire)
Mo Hayder pour Tokyo (Presses de la cité)

2007

Franck Thiliez pour La chambre des morts (Le Passage)
Colin Cotterill pour Le déjeuner du coroner (Albin Michel)

2008

Catherine Fradier pour Camino 999 (Après la lune)
Gilda Piersanti pour Bleu catacombes (Le Passage)

2009

Karine Giebel pour Les morsures de l’ombre (Fleuve Noir)
Nick Stone pour Tonton clarinette (Gallimard)

2010

Gilles Legardinier pour L’exil des anges (Fleuve Noir)
Saskia Noort pour Petits meurtres entre voisins (Denoël)

2011

Philippe Georget pour L’Eté tous les chats s’ennuient (Jigal)
Donato Carrisi pour Le Chuchoteur (Calmann-Levy)

2012

Steven James Watson pour Avant d’aller dormir (Sonatine)

2013

Jérémie Guez pour Balancé dans les cordes (La Tengo Editions)

2014

Ian Manook pour Yerudelgger (Albin Michel)

2015

Craig Johnson pour Enfants de poussière (Gallmeister)

2016

Emmanuel Grand pour Terminus Belz (Points)

2017

Franck Bouysse pour Grossir le ciel (Le livre de poche)