Accueil > Dossiers > Les n°1 de collections

Les n°1 de collections

samedi 7 février 2004

Depuis les années 1920, on peut recenser plusieurs centaines de collections policières en France, aux existences plus ou moins éphémères. Les dernières années montrent une véritable explosion en la matière. Devant le succès remporté par le genre, on ne compte plus les maisons d’éditions qui lancent des collections noires, plus ou moins… lumineuses.
En privilégiant une trentaine d’entre-elles seulement sur tout le siècle dernier, et en présentant leurs numéros 1, nous souhaitons proposer une rapide balade visuelle qui permet de saisir l’évolution de leurs couvertures, partie intégrante de l’histoire du roman policier. La qualité des illustrations du Masque, de Un Mystère, de La Chouette ou la sobriété classique de la Série Noire ne sont pas pour rien dans le succès de ses grandes ancêtres. Et ce n’est bien sûr pas sans une certaine nostalgie que l’on se régale aujourd’hui des couvertures des dessinateurs d’antan, du temps où le noir s’affichait haut en couleurs. Ca pétait fort, ça donnait envie de laisser le bouquin sur la table, ou bien visible sur les étagères de sa bibliothèque. Mais sans doute ces créatifs coûtaient-ils trop cher ou étaient-ils parfois trop difficiles à gérer. Avec les années 1970, on voit leur espace se réduire, et la photographie s’installe bientôt plein cadre. Dommage. Car avec la fin des années 1970 s’impose aussi le grand format en matière de littérature policière. Le lancement de la collection Spécial Suspense chez Albin Michel (Format 15 x 23 cm), avec La Nuit du Renard de Mary Higgins Clark est un beau coup d’éclat. Mais les jaquettes blanches, avec seulement le nom de l’auteur , le titre et un court prière d’insérer, cachent des illustrations photographiques rarement inspirées. La plupart des collections grand format aujourd’hui appliquent la même recette, sans qu’aucune ne sorte vraiment du lot. Même Rivages, avec son gros grain (déjà utilisé par OPTA en 1975) marque de fabrique finit par routiner. De nouveaux graphistes pourraient pourtant s’en donner à cœur joie sur pareils formats ! Ne peut-on espérer retrouver un jour le plaisir de la couverture ?

Précision : Pour faciliter une vue globale et rapide des couvertures, ne figure sur cette page en légende que le nom de la collection, son année de création et son format d’origine. Mais en cliquant sur les couvertures, vous découvrirez des précisions supplémentaires contre l’agrandissement (sauf pour les collections qui font déjà l’objet d’une étude approfondie sur le site ou pour lesquelles nous manquons d’informations). Bonne visite.

Le Masque/1927/12 x 18 cm
Police secours/1928/12 x 18,8 cm
Le Point d’interrogation/1932/ 12,6 x 17,6 cm

L’Empreinte/1932/11,5 x 17,5 cm
Série Noire/1945/12 x 18,5 cm
Détective Club/1946/11,7 x 17,5 cm

La Tour de Londres/1947/13,3 x 17,5 cm
Un Mystère/1948/11,5 x 18 cm
Spécial Police/1949/12 x 18,5 cm

Soir Police/1950/12,5 x 18,5 cm
Oscar/1952/
La Chouette/1955/11,8 x 16,5 cm

Crime Parfait ?/1957/
Le Livre de poche-Policiers/1960/ 11,8 x 16,5 cm 
J’ai-Lu Policier/1963/11,5 x 16,5 cm

La Poche Noire/1967/11 x 16,5 cm
Carré Noir/1971/10,5 x 17,5 cm
Super Noire/1974/11 cm x 17,8 cm

OPTA Littérature Policière/1975/ 13,5 x 19,4 cm
Red Label/1977/12 x 19 cm
Engrenage/1979/11 x 18 cm

Le Miroir Obscur/1979/14 x 20,5 cm 
Fayard Noir/1981/12,5 x 19 cm
Grands Détectives/1983/10 x 18 cm

L’Introuvable/1983/14 x 20 cm
Rivages-Noir/1986/11 x 17 cm
Rivages-Mystère/1988/11 x 17 cm

Rivages-Thriller/1988/15 x 22 cm
Polar USA/1988/11 x 18 cm
Seuil Policier/1991/15,5 x 24 cm

Babel Noir/1996/11 x 17,6 cm
Soul Fiction/1997/14,4 x 22 cm
Serpent Noir/1998/11,5 x 18 cm

Noir Métaillé/1998/11 x 18 cm
Folio Policier/1999/11 x 17,8 cm