Accueil > Chroniques > Sous la menace

Sous la menace

Reggie Nadelson (Editions du Masque)

jeudi 24 novembre 2005


Un grand roman paranoïaque. On pourrait résumer ainsi Sous la menace, formidable polar de Reggie Nadelson qui fouille la psyché new-yorkaise au lendemain des attentats du 11 septembre. En cet hiver 2001, la métropole est accablée : par un froid à pierre fendre, par une trouille bleue et tous azimuts, par la vie qui ne va plus comme avant, qui ne va plus du tout. Les vêtements d’un enfant imprégnés de sang sont retrouvés sur une plage. La psychose peut rebondir. La peur est à tous les coins de rue. Et ces deux questions lancinantes. Pourquoi ? Et est-ce encore un coup de terroristes ? Plus personne ne raisonne. Plus personne ne peut comprendre. Tout le monde flippe. Et Artie Cohen comme les autres, ce flic juif d’origine russe qui traverse ce grand chambardement sans prise sur aucun des événements. Un superbe personnage qui vit là sa cinquième aventure, la meilleure sans doute. La perte de repères générale, la quête d’identité du héros, le brouillard de sa vie privé, le flou d’une affaire tordue, autant d’éléments qui accentuent le terrifiant climat qui plombe Sous la menace, et que congèle encore plus la propagande gouvernementale. Le final surprenant en rajoute une couche. On suffoque. Mais on applaudit Reggie Nadelson, journaliste et réalisatrice de documentaire, qui réussit là un des romans sociaux les plus impressionnants de ces dernières années.