Accueil > Chroniques > Satan dans le désert

Satan dans le désert

Boston Teran (Folio Policier)

jeudi 29 septembre 2005


Boston Teran est une énigme. On ne sait rien de son vrai nom, de sa trogne, tout juste qu’il vient du Bronx, est d’origine italienne, et que toutes ses vies avant celle d’écrivain ne sont pas bonnes à raconter. Est-ce parce qu’elle aime le cache-cache que la presse américaine s’est appliquée à lui coller le masque de super-héros du noir US, nouveau sauveur du genre, et dès son premier roman, l’intraduisible God is a bullet, chez nous surgit comme démon des sables ? Satan brûle certes, mais ce n’est pas tout à fait le grand incendie claironné. Sans doute parce que notre homme veut trop en faire, à l’image de ses personnages un tantinet caricaturaux. On peine parfois à les croire et à les suivre dans cette course folle qui traverse le thriller, le road-movie et le procedural plus classique. Une réelle ambition mais gâchée par une violence excessive, effet de mode généralisé et assez déplorable, d’autant qu’ici malaxé avec un salmingondis sectaire également tendance et qui autorise toutes les facilités outrancières . Du coup, Teran finit par passer pour habile faiseur plutôt que sincère artisan, d’autant que ce premier roman, initialement publié par Le Masque et aujourd’hui sortant chez Folio, est suivi par deux autres titres nettement moins remarquables. Satan se laisse lire et apprécier même par moment, mais ne nous entraîne pas vraiment en enfer.