Accueil > Chroniques > L’Homme chauve-souris

L’Homme chauve-souris

Jo Nesbo (Foli Policier)

samedi 13 août 2005

Bonne pioche de la petite maison d’édition Gaïa, Jo Nesbo est l’une des plus belles découvertes de l’écurie nordique aujourd’hui fort à la mode. La publication de son premier roman par Folio Policier devrait focaliser l’intérêt du grand public sur ce Norvégien qui signait là un premier roman parfaitement maîtrisé et plutôt culotté, l’action ne se déroulant pas au pays des fjords mais en Australie. Procedural classique avec une appréciable dimension ethnographique, le roman tient d’abord la route grâce à son personnage principal, Harry Hole, flic alcoolique repenti dépêché à Sydney pour enquêter sur la mort d’une compatriote. Harry et ses partenaires locaux se retrouveront bientôt sur la piste d’un serial-killer, mais Harry musarde surtout aux côtés de seconds rôles tous plus attachants les uns que les autres. L’amour toujours vient bouleverser la donne et un retour en grâce du Jim Beam précipiter Harry dans un terrible chaos autodestructeur. On compatit. Et on se régale de retrouver une formule qui s’épuise chez Mankell ou Connelly. L’Homme chauve-souris plane haut, et on espère que Nesbo ne dégringole pas de sitôt sur le plancher des vaches.