Accueil > Chroniques > Privé

Privé

Joe Gores (Editions du Rocher)

mercredi 23 février 2005


On ne la fait pas à Joe Gores. Le bonhomme est né en 1931. Il est l’auteur de huit romans (dont Hammett, adapté par Wim Wenders), d’une ribambelle de nouvelles et de nombreux scénarios pour la télévision (Kojak particulièrement). Il fut bûcheron, directeur de motel et surtout détective privé pendant onze ans. Donc forcément, avec son dernier roman baptisé Privé (Cases en anglais), le Joe sait de quoi il parle. De nostalgie essentiellement, tant la bourlingue de son héros Pierre Duncan, sise en 1953 de la Géorgie à L.A. en passant par Las Vegas, sent bon l’antan avec mauvaise embrouille au bagne, bagarre envapée de l’autre côté du Rio Grande, peaux de banane sur le ring, flirt innocent avec la gentille fille de bonne famille, et grand méli-mélo pervers pour finir sous le signe du destin. On est chez Chandler, chez McCain, chez McCoy aussi un tantinet, avec le sentiment qu’on lit de sympathiques nouvelles plus qu’un véritable roman, même si la fin tente de nous convaincre que tout est dans tout et réciproquement. Voilà donc un bon moment de lecture crépusculaire sur une époque perdue, le tout mené par une écriture alerte et assez efficace. A lire surtout pour une certaine ambiance, et la légère mélancolie afférente.