Accueil > Chroniques > Braquages

Braquages

Christian Roux (Folio Policier)

mardi 21 septembre 2004


Pour ceux qui en 2002 sont passés à côté de Braquages, petite séance de rattrapage avec la publication du premier roman de Christian Roux dans la collection Folio Policier. Rageur et sans doute le qualificatif qui résume le mieux ces 270 pages sacrément gonflées. Ce roman mord et ne vous lache plus. La pression monte progressivement, mais inéluctablement. Pas de tergiversation chez Roux. Ceux qui doivent mourir meurent, sans autre forme de procès, et les cadavres s’accumulent dans le sillage des quatre SDF héros du roman. Des SDF, oui, personnages principaux presque jamais convoqué dans le genre, qui renforce bien évidemment la dimension politique et sociale de l’oeuvre. Mais si le discours est parfaitement cohérent et évite les chausse-trapes et les lourdeurs, l’intérêt majeur de Braquages tient dans le style sec et rentre-dedans adopté par l’auteur. On retrouve avec bonheur l’absence de fioritures qui font mouche chez de grands anciens comme Manchette ou Fajardie, même si Roux montre dans l’ensemble plus d’intérêt à ses personnages. De la trempe d’un grand, donc. Pareille révélation est suffisamment rare pour ne pas passer à côté une deuxième fois.