Accueil > Chroniques > Sky blues

Sky blues

Vicki Hendricks (Rivages/Thriller)

samedi 31 juillet 2004


Devient-on con quand on est amoureux ? Destiny Donne, l’héroïne du dernier roman de Vicki Hendricks, nous aide à trouver une réponse à cette exaspérante question : oui, et plutôt trois fois qu’une. La demoiselle, véto dans un coin paumé de Floride, fond littéralement devant les yeux de merlan frit de Tom (bleus forcément), beau gosse beau parleur bon baiseur. Vicki Hendricks veut nous faire croire que sous dépendance sexuelle, son toubib spécialisée dans les fauves, ne voit pas plus loin que la première rayure de son premier tigre, et succombe au point d’avaler toutes les couleuvres que lui sert le fringuant Tommy. Problème : Destiny est bien la seule à marcher, et le lecteur se fatigue assez vite de ce faux suspense à l’homme fatal et des doutes de la Destiny rangés trop vite dans sa culotte. Si Hendricks réussit mieux à transmettre sa passion pour le vol en chute libre, elle ne décolle jamais du plancher des vaches dans les scènes de coucheries qui parsèment le récit. Une débandade totale, bien loin des troubles et moites ébats que l’écrivain réussissait dans son précédent roman édité chez Rivagesl’article, Miami Purity, qui sur une trame absolument similaire laissait augurer un potentiel autrement plus érectile. Ce Sky Blues est donc une réelle déception, et on attend de Vicki Hendricks qu’elle refasse son paquetage avec un plus grand soin. Plus on tombe de haut, plus ça fait mal.