Accueil > Mini-bios > COOK Robin (1931-1994)

COOK Robin (1931-1994)

lundi 25 juin 2001


Attention : ne pas confondre Robin Cook et Robin Cook. En dehors de la France, notre Robin Cook est plus connu sous le pseudonyme de Raymond Derek. La faute à l’écrivain américain Robin Cook, spécialisé dans le thriller médical de série (Coma, Toxin, etc...). Rien à voir donc. Le talent notamment appartient d’abord à Robert William Arthur Cook, né le 12 juin 1931 à Londres. Dans la haute. Son père est un magnat du textile, marié à une américaine d’origine polonaise. Robin est donc né dans la bourgeoisie londonienne bien pensante. Ses études, il les mène comme il se doit au prestigieux collège d’Eton. Mais ce monde, le jeune Robin le déteste très vite. Après avoir claqué la porte du collège, il s’attaque dans les années 1950 à la découverte du monde. Ses pérégrinations ne sont pas tristes. Il passe d’abord par Paris, puis emménage à New York le temps de boucler un mariage, la naissance de son premier enfant, et une rupture dans la foulée, en un an à peine. Il débarque alors en Espagne, trafique dans les voitures volées tout en affirmant des positions anti-franquistes qui le rendent vite indésirable. Retour en Angleterre, où il vend des revues pornos à Soho, puis se maque avec les frères Krays, mafieux notoires. Dans les années 1960, le voilà viticulteur en Italie, puis chauffeur de taxi à Londres histoire de subvenir aux besoins de sa troisième femme et de son deuxième bambin. Au milieu des années 1970, il se pose enfin en France, dans l’Aveyron, où il est tour à tour agriculteur, bûcheron, couvreur.
Le bonhomme écrit pourtant. Depuis 1962 et Crème anglaise. Une série de cinq romans, dominée par Vices privés, vertus publiques (1967), dans lesquels il règle ses comptes avec la bourgeoisie britannique. Mais les ventes ne suivent pas. Après dix ans sans écrire, Cook reprend la plume en 1982 avec Le soleil s’éteint. Il doit attendre encore un an avant de connaître le succès. Il est mort les yeux ouverts est bientôt adapté par le cinéaste français Jacques Deray sous le titre On ne meurt que deux fois (avec Michel Serrault et Charlotte Rampling). Cook entame alors une série intitulée The Factory (L’Usine) où des flics anonymes se coltinent des décès non éclaircis. Cinq romans suivent dans ce registre, avec Comment vivent les morts (1986) et surtout J’étais Dora Suarez (1990), chef d’oeuvre funèbre. Doué d’une plume ravageuse, Cook et ses descentes aux enfers figurent parmi les plus belles réussites du roman noir des vingt dernières années. Pas moins. Il est mort d’un cancer le 30 juillet 1994.

Ses principaux ouvrages sont : Vices privés, vertus publiques, Le soleil s’éteint, Les mois d’avril sont meurtriers, Comment vivent les morts, Cauchemar dans la rue, J’étais Dora Suarez, Mémoire vive (autobiographie).