Accueil > Mini-bios > BURKE James Lee

BURKE James Lee

jeudi 5 juillet 2001


Une longue, une très longue attente. Des années pour tout dire, avant de gagner enfin le titre de "révélation" du polar des années 1980 et de décrocher le surnom de "Faulkner du roman criminel". James Lee Burke s’est obstiné, ne s’est jamais découragé, et la reconnaissance récompense enfin aujourd’hui un énorme talent. Il était temps.
James Lee Burke est né le 12 décembre 1936 à Houston, Texas. Etudes dans des écoles catholiques, puis diplômes de littérature anglaise et de journalisme à l’Université de Louisiane, donc un parcours apparemment évident. Sauf que pas du tout. Pour gagner sa vie, Burke accumule les boulots : il travaille comme son père sur des plates-formes pétrolières, pose des câbles sous-marins, devient éducateur social à Los Angeles, enseigne un temps dans différents collèges, écrit quelques articles pour un canard de Louisiane, bosse aux services des Eaux et forêts au Kentucky. Une constante dans tout cela : son désir d’écrire. A 19 ans, il sort ses premières nouvelles. Il met trois ans à écrire son premier roman, Half of Paradise, publié en 1965. Deux autres suivent, mais se vendent plutôt mal, et la désillusion arrive avec Le Boogie des rêves perdus, que Burke s’escrime à proposer aux éditeurs. En vain. Avec le recul, le bonhomme peut plaisanter sur ce roman refusé plus d’une centaine de fois. Un record à New York selon lui. Burke doit patienter jusqu’en 1978 avant de caser son manuscrit. De quoi se ronger les sangs, et se consoler souvent au goulot. Burke et l’alcool, une histoire d’amour-haine qui devait traîner longtemps. Si Burke se noie le gosier, sa plume reste sèche pendant des années.
Il décroche enfin la timbale en 1986, avec la première aventure de son héros David Robicheaux, vétéran du Vietnam déglingué par la bibine, lieutenant de police démissionnaire (il ne supporte pas la corruption qui vérole le monde des flics) dès le premier roman : La Pluie de néon. C’est parti pour onze histoires de Robicheaux, qui tirent leurs forces de la description d’une Louisiane décadente tout autant que des obsessions du personnage principal. Avec Robicheaux, Burke se fait enfin une place au soleil. Prisonniers du ciel (1988) connaît une adaptation cinématographique avec Alec Baldwin dans le rôle de Robicheaux, l’acteur ayant acheté les droits de deux autres romans. Burke entame également en 1997 une nouvelle série avec le personnage de Billy Bob Holland, ancien Texas ranger. La critique salue par deux fois l’excellence de l’auteur, qui obtient l’Edgar du meilleur roman policier (la plus haute récompense du genre aux Etats-Unis : en 1990 pour Black Cherry Blues (Robicheaux) et en 1997 pour La Rose de Cimarron (Holland). Aujourd’hui, Burke, marié et père de quatre enfants, partage sa vie entre Missoula dans le Montana et New Iberia en Louisiane.

Ses principaux ouvrages sont : La Pluie de néon, Prisonniers du ciel, Black Cherry Blues, Dixie City, Dans la brume électrique avec les morts confédérés.