Accueil > Chroniques > Les Soldats de l’aube

Les Soldats de l’aube

Deon Meyer (Seuil Policiers) Grand prix de littérature policière 2003

samedi 6 décembre 2003


Qu’est-ce qu’un polar classique ? Un polar avec privé, poivrot et déglingué, trimballant un lourd passé, enfoui mais pas trop. Un personnage tordu mais tout de même attachant, qu’on adore détester. Tiens, histoire de le démarquer un brin, on le présente gastronome, fin cuistot et amateur de musique classique. Au fait aussi des dernières méthodes made in USA, profilage et compagnie. En somme, un privé intellectuel, c’est toujours bon à prendre pour l’identification du lecteur. Comment construire ce polar classique ? De façon linéaire, c’est toujours possible, mais plutôt banal. Deon Meyer assure donc l’intrigue d’aujourd’hui, en alternance avec celle d’hier, chargée d’expliquer la personnalité actuelle du héros. Ca fonctionne parfaitement. Et puis dans le classique, il est toujours de bon ton de ne pas négliger la veine sociale. Ce qui tombe plutôt bien pour Deon Meyer qui est auteur sud-africain, donc rare, et afrikaan, donc encore plus rare. On est donc servi en toile de fond sud-africaine. Voilà. Le deuxième roman de Deon Meyer est certes classiquement plus efficace que le premier. Effectivement, on peine à refermer le livre avant de savoir le fin mot de l’histoire. C’est donc que le Deon s’y entend pour dérouler sa pelote. Allez savoir pourquoi, alors, on ne peut s’empêcher de trouver l’affaire un tantinet ficelle.