Accueil > Chroniques > Le Point de non-retour

Le Point de non-retour

Kent Harrington (Pocket)

samedi 6 décembre 2003


Il n’intéresse guère la critique, Kent Harrington, et c’est assez curieux. Des faiseurs, le genre en connaît des ribambelles, et pas que des anonymes. Kent Harrington doit sans doute passer pour l’un deux, un de plus, alors pourquoi sans préoccuper. Idée reçue, allez savoir pourquoi. Le bonhomme se signale pourtant par des romans noirs qui trempent dans les mêmes eaux troubles que ceux de Jim Thompson, et révèlent de belles aptitudes (Sombre balade, Le Jour des morts). Son troisième roman édité en France, qui vient de paraître en Poche, plus de deux ans après sa sortie grand format chez Murder Inc., vaut pareillement le détour, mais dans le genre thriller-espionnage cette fois. Un registre différent, mais dans lequel Harrington démontre toujours un réel talent. Arriver à rendre crédible un énième complot contre le président des Etats-Unis est une jolie performance. Harrington y parvient en s’intéressant surtout à des personnages certes classiques, mais qu’il réussit à décaler d’un rien, suffisamment en tout cas pour éviter les clichés et emporter l’adhésion du lecteur. Le tout est emballé dans une terrible noirceur, mais sans gratuité aucune. Conclusion : il faut s’intéresser à Kent Harrington, il le mérite.