Accueil > Chroniques > L’Empire des loups

L’Empire des loups

Jean-Christophe Grangé (Albin-Michel)

lundi 7 avril 2003


Il ne faut pas toujours craindre le pire. Après l’inepte Concile de pierre, Jean-Christophe Grangé revient sur le devant de la scène avec un Empire des loups plutôt conquérant. La structure narrative reprend celle des Rivières pourpres : deux intrigues apparemment sans aucun lien, qui finissent évidemment par se rejoindre. Grangé sait alors être efficace et mener son affaire. Le cocktail mêle des meurtres sadiques (en la matière, on se demande d’ailleurs jusqu’où les auteurs iront dans la surenchère : il faut de l’ignoble, toujours plus), une manipulation policière, et une plongée dans les arrière-cours de la mafia turque. Il s’avale plutôt bien. Mais surtout, Grangé prend cette fois quelques risques avec ses personnages. Des « héros » négatifs, aux identités construites sur le leurre et la violence, qu’il n’hésite pas à éliminer un par un au moment même où le lecteur commence à se faire à leur pas. C’est assez surprenant et plutôt culotté. Bien sûr, on retrouve quelques tics d’écriture pénibles, mais l’ensemble est nettement plus sobre que le grotesque Concile. Bien sûr, la fin est assez tirée par les cheveux, mais on veut bien l’admettre. Et reconnaître : le dernier Grangé est une bonne surprise.