Accueil > Chroniques > Avocat criminel

Avocat criminel

David Cray (Rivages/Thriller)

mardi 25 février 2003


« Une révélation », nous vend la quatrième de couverture. David Cray nous trousse effectivement un sacré bon polar, à mi-chemin entre le roman noir et le roman de procédure, dont le titre anglais résume bien mieux que le titre français la teneur : Bad Lawyer, référence peut-être au Bad Lieutenant d’Abel Ferrara. Le personnage de Cray, Sid Kaplan, est certes moins déjanté que le flic incarné au cinéma par Harvey Keitel. Mais il trimballe lui aussi pas mal de cadavres dans son placard intime. Alcool, cocaïne, argent, célébrité, une belle carrière avant que tout s’effondre et que notre homme reparte quasiment de rien, sur une affaire qui s’applique à le mener nulle part. Le cocktail est impeccablement dosé, et on le sirote jusqu’à la dernière goutte, qui brûle méchamment le gosier. Si ne serait-ce que 20 % de la production actuelle atteignait cette qualité, on s’enivrerait bien plus souvent. Petite précision cependant sur la « révélation » : ce David Cray serait en fait un pseudonyme derrière lequel se cache Stephen Solomita, une pointure du thriller américain, mal connu en France. Mais qu’importe : on attend désormais les deux prochains romans de David Cray, déjà sortis aux Etats-Unis.